La Bête à sa mère – David Goudreault (Rentrée Littérature 2018)

La Bête à sa mère – David Goudreault (Rentrée Littérature 2018)

Un premier roman québécois à l’humour noir irrésistible
 » Ma mère se suicidait souvent.  » Ainsi commence la confession pleine de verve d’un jeune adulte narrateur, qui ne se remet pas de la séparation d’avec sa mère alors qu’il avait 7 ans, et qui a vécu d’hôpital psychiatrique en famille d’accueil. Ses propos, sorte de code de survie en milieu hostile, d’un humour d’autant plus réussi qu’il semble involontaire, sont habités d’une rage contre ceux qui les ont séparés, contre ces humains qui ne le comprennent pas, tandis qu’il idéalise sa mère, devenue sa véritable obsession. Au bout du compte il pense l’avoir localisée à Sherbrooke. Mais saura-t-il se faire accepter par elle ?
D’où vient que le récit de cet homme sans pitié, accro aux jeux et à la pornographie, assassin d’animaux, manipulateur, violent, homophobe et raciste, arrive à toucher le lecteur ? David Goudreault, d’une écriture inventive, drôle et rythmée, réussit le tour de force de partager l’empathie poétique et toute en finesse qu’il a pour son héros. On rit des observations et pensées bancales du marginal, de ses références littéraires approximatives (il cite à tour de bras Platon, Shakespeare ou Coluche). On est touché aussi par la critique grinçante et juste que ce texte recèle contre un monde dur, hypocrite, qui abandonne à lui-même un enfant avec lequel il n’a jamais su communiquer.
Sous la carapace du jeune voyou, ce magnifique premier roman met à nu avec talent et sensibilité un cœur aimant qui ne sait simplement pas aimer.

0 Commentaires:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *